par Léa Taïeb
janvier 17, 2019

Les questions à poser en entretien

Voilà. C’est fini. Presque fini. Après plus de 40 minutes de tête à tête, vous êtes essoufflé et pas décontenancé.
Vous venez de surmonter un challenge intellectuel, créatif ou rhétorique. Vous êtes quelque peu fier.
Votre interlocuteur vient de prononcer la chose suivante : « on arrive vers la fin de l’entretien, avez-vous des questions ? »
Vous : « Oui ! »
Votre réponse est la bonne : si l’on vous donne la capacité d’être percutant, saisissez-la. Oubliez le « non », il fait référence à un manque d’inspiration, ce qui n’est pas vendeur. Ici, ayez une stratégie en tête.
Votre question sert à marquer votre différence, celle qui valorisera votre profil : en quoi votre curiosité est-elle si spécifique ?

 

Posez une ou plusieurs questions sur l’entreprise

– Comment envisagez-vous le futur de l’entreprise ?
Cette question n’a rien d’anodin, puisque vous invitez votre interlocuteur à s’exprimer, à faire entendre son point de vue. D’après lui, quels sont les changement qui marqueront l’entreprise ? Quel sera le visage de l’entreprise dans 10 ans ? En plus de donner la parole à votre interlocuteur, vous montrez que vous êtes prêt à vous projeter et à le rejoindre. Qui sait, peut-être que vous serez à l’origine de ces bouleversements ?

– Quels sont les objectifs à atteindre sur le court-terme (et sur le long-terme) ?
Cette question est toujours efficace puisqu’elle engage la conversation et prouve que vous n’êtes pas là par hasard. Votre interlocuteur aura tendance à détailler sa réponse et à décrire le rôle que vous aurez à jouer si vous intégrez l’équipe. Avec cette question, vous êtes investi. Déjà investi.

– Quelle est la stratégie de différentiation de l’entreprise, sur un marché tel que le vôtre ?
Vous êtes déjà bien au courant de ce qu’il se joue. Avant de venir, vous avez passé des heures sur le site Internet de l’entreprise, à lire et à recopier les passages qui vous importaient. Vous avez arpenté le site internet, comme si c’était le vôtre. Vous seriez capable de réciter certains passages « marquants ». Cela étant, il n’y a rien de mieux que de poser une question sur l’offre de l’entreprise et sa capacité à la rendre « inimitable ». Pour cette question, n’hésitez pas à la recontextualiser, de sorte qu’elle interpelle le recruteur (qu’il soit agréablement surpris).

– Sur quoi repose votre culture d’entreprise ? Qu’est-ce qui la rend unique ?
Cette double question réussit toujours à inspirer celui qui y répond. Elle est instinctive, et elle repose sur peu d’éléments factuels. Elle est assez personnelle, puisqu’il s’agit d’un avis plus ou moins construit sur la vie en entreprise. Dans les mots de votre interlocuteur, vous estimerez son niveau de bien-être au travail. S’il est épanoui, votre motivation sera décuplée. S’il est fier de la culture d’entreprise, il n’hésitera pas à revenir sur la genèse de l’entreprise, il vous racontera des anecdotes et résumera « l’esprit de la boîte ».

– Quels sont les rituels/les événements qui rythment votre semaine de travail ?
Certaines entreprises imposent des réunions, d’autres organisent des petits-déjeuners (plus ou moins gourmands), d’autres encore rassemblent au nom du moment team-building. Chaque entreprise est unique dans sa culture d’entreprise et dans sa manière de fédérer les troupes, c’est pourquoi poser la question est toujours « intéressant ». Ce sont des informations que vous ne pourrez trouver ailleurs (à part si l’entreprise communique le « behind the scene » sur les réseaux sociaux).

– Rebondissez sur l’actualité de l’entreprise et demandez une précision
Vous avez joué à l’apprenti journaliste le temps de la préparation de l’entretien, désormais vous savez. Vous savez tout de l’actualité de votre future entreprise et il faut dire qu’il y a quelque chose qui vous tracasse (un point que vous ne parvenez pas à éclaircir). Votre question réagit à l’actualité, elle montre que vous êtes au point, que vous avez travaillé comme il faut et que vous êtes un « curieux-pertinent ».

Posez une ou plusieurs questions sur le poste à pourvoir

– Quel serait le profil du candidat idéal (si vous avez un profil en tête) ?
Cette question, n’est pas particulièrement originale, cela étant, elle pousse le recruteur à s’exprimer et à se prononcer sur votre cas : êtes-vous le candidat qu’il recherche ? Suite à sa réponse, réagissez avec humour et souriez (c’est important).

– Quelles missions sont à gérer en priorité ?
Vous avez hâte de rejoindre l’entreprise et d’être performant dès les premiers jours, c’est la raison pour laquelle, vous avez envie d’anticiper ce qui vous attend. Si vos missions ne sont pas précisées dans l’offre d’emploi, cette question est utile. En revanche, si vous avez déjà accès aux détails de vos responsabilités, évitez la question.Encore une fois, cette question sert à prouver votre investissement et votre motivation.

– Quelles sont les personnes avec lesquels je serai amené à collaborer ? Combien de personnes composent l’équipe ?
Vous vous projetez. Vous vous y voyez. Vous y êtes. Votre place est centrale, en un coup d’œil, tout l’open space s’offre à vous. Pour autant, vos futurs collaborateurs vous sont encore inconnus. La réponse à cette question, vous en dira plus, bien que vous finirez par le découvrir dans la pratique.

Posez une ou plusieurs questions à votre interlocuteur

– Quelle serait pour vous une journée-type ?
Le temps d’un instant, vous serez plongé dans le quotidien de votre interlocuteur, qui acceptera de partager une part de sa réalité. Cette question sert, puisque le discours de votre recruteur en dit long sur vos futures journées. La réponse aura toutes les chances de titiller votre curiosité. Elle peut aussi servir de prétexte à une conversation, plus longue.

– Qu’est-ce qui vous anime dans votre travail ?
Vous avez raison de poser cette question. Vous êtes intéressé et vous savez l’exprimer. Votre interlocuteur sera sûrement surpris, car elle a quelque chose d’osé. Vous invitez le recruteur à se livrer et à faire part de ses raisons, celles qui le poussent à travailler dans cette entreprise et pas une autre. Il s’agit d’une question qu’il faut poser au moment opportun. Si l’entretien n’a pas été une franche réussite, soyez diplomate et passez cette question.

– Si ce n’est pas indiscret, quel a été votre parcours avant d’arriver là ?
Vous êtes un sacré curieux et vous n’avez aucune envie de vous cacher. Vous incitez l’autre à se dévoiler et à raconter son itinéraire professionnel. Il a l’occasion de se remémorer les étapes qui l’ont poussées à devenir ce qu’il est. D’une certaine façon, il se souvient. Il se met presque à votre place : son empathie est mise en action.

Posez une ou plusieurs questions sur la suite (les prochaines étapes du processus de sélection)

– Quand serez-vous en mesure de me donner une réponse ?
Cette question est simple. Après l’entretien, vous avez besoin d’organiser la suite. Vous êtes une personne comme ça, qui va de l’avant. Si vous n’êtes pas sélectionné, que comptez-vous faire ? Si vous êtes sélectionné, que se passera-t-il ? Votre interlocuteur comprendra cette question qui en plus d’être essentielle est logique. Elle arrive au bon moment et vous sortez d’une situation « indéterminée ».

– Quelles sont les étapes, si je suis sélectionné pour un second entretien et ainsi de suite ?
Elle est proche de la question précédente. Il est possible que le recruteur se prononce une fois l’entretien terminé. Il laissera entendre qu’il a l’intention de vous revoir soit dans les mêmes conditions soit autrement. Incitez-le à expliciter les étapes à venir. Si l’occasion se présente, prévoyez une nouvelle date de rendez-vous. Vous serez fixé et vous n’aurez plus qu’à vous préparer, de nouveau.