par léa Taïeb
mars 25, 2019

Leslie A. créatrice de Timeless @timeless.pearly, une marque de bijoux qui met en scène perles et pierres précieuses

Leslie.A, Fondatrice de Timeless

Leslie Abihssira n’a besoin de rien. Donnez lui des perles, la beauté apparaîtra. Une beauté composite, qui n’a l’air de rien, donc a l’air de tout. Chic, ludique, dansant.

Avec Leslie, n’importe quel processus de création ressemble à un jeu d’enfants. Donner vie à une marque intemporelle dans l’ère du temps, fastoche.

Elle réalise un proto comme elle respire. Son secret : s’écouter et ne pas suivre l’éphémère. Leslie se fond dans ce qu’elle fabrique. Entre elle et Timeless, il n’y a que quelques perles.

Rencontre avec une femme née dans la mode.

« Timeless c’est complètement moi. C’est mon identité. J’aime tout ce qui n’est pas assorti. Tout ne ce qui ne va pas ensemble, je l’assemble. »

Achetez notre sélection Timeless en cliquant ici

Découvrez également la sélection de Leslie dans notre rubrique Style Report en cliquant sur ce lien 

Disponible sur notre Shop
Disponible sur notre Shop
Disponible sur notre Shop

l'interview

TOWNHOUSE (LÉA)

Quel est votre premier souvenir mode ?

LESLIE A.

(rires) Je dois dire que je suis née dans la mode. Très jeune, j’ai commencé à customiser mes vêtements, c’était du home-made, du fait-main. Mes jeans, je les coupais et j’en faisais des sacs. Un rien, je le rendais à mes yeux, très beau !

Donc, je vivais dans la mode au sens du prêt à porter et de l’accessoire. Le bijou est venu plus tard.

TOWNHOUSE (LÉA)

Aujourd’hui, créatrice de Timeless, « une marque de bijoux qui travaille avec perles et pierres précieuses », quelle est votre histoire ?

LESLIE A.

Je suis née et j’ai grandi au Maroc. Là-bas, j’ai étudié dans une école de mode : l’école internationale de mode. Après être diplômée, j’ai emménagé à Paris, il y a dix ans et j’ai commencé à travailler dans le prêt-à-porter, en tant qu’acheteuse. Donc je passais mes journées à chiner des pièces et je vendais en boutique.

Et puis Timeless est arrivé dans ma vie. Une marque que j’ai créée, qui me correspond, qui correspond à mes goûts. Pour être franche, j’aime le bijou qui a vécu, qui a quelque chose d’ancien, de vintage, tout ce que porte les mamies. En quelque sorte, l’intemporel m’inspire.

Pour ce qui est de la création de la marque, on peut dire que ça a été très rapide, quasiment du jour au lendemain. Je me suis acheté des perles, je les ai assemblées, un collier est né. Le bijou a tout de suite plu à mon entourage. Ce qui m’a donné l’envie de poursuivre. Donc j’ai recherché de nouvelles perles, des petits métaux, des « charms » qui sont sur chacun de mes bijoux.

Progressivement, j’ai imaginé un modèle, puis un deuxième et finalement une collection. Une collection que j’ai exposée sur Instagram. J’ai commencé, il y a à peine un an avec deux-trois pièces et j’ai tout de suite envoyé un message à Leandra Medine (Man Repeller), que j’aime beaucoup. Parce que j’étais certaine qu’elle pourrait me lancer. Et puis, j’étais convaincue qu’elle serait conquise par les modèles.

Elle a adoré et a tout de suite été très encourageante, elle m’a poussée à avancer, à me faire confiance. Ce qui m’a encore plus donner envie. Aujourd’hui, on est à plus de 10 000 abonnés sur Instagram.

TOWNHOUSE (LÉA)

Comment est né le style Leslie Abihssira ? Est-ce le style Timeless ?

LESLIE A.

Oui carrément, Timeless c’est complètement moi. C’est mon identité. J’aime tout ce qui n’est pas assorti. Tout ne ce qui ne va pas ensemble, je l’assemble. C’est la touche d’originalité, ma touche d’originalité. C’est tout aussi authentique : je ne fais pas les choses pour plaire. Je reste fidèle à moi-même, peu importe la tendance.

TOWNHOUSE (LÉA)

Pourriez-vous décrire le processus de la conception à la distribution ?

LESLIE A.

C’est très simple : je réalise un proto (prototype), que j’envoie à une usine qui fabrique tout à la main. Ensuite, je vends mes produits dans pas mal de boutiques et sites internet, par exemple MatchesFashion ou Townhouse WorkShop ! Mais aussi sur Instagram : beaucoup de shops en ligne m’ont contacté pour d’éventuelles collaborations.

TOWNHOUSE (LÉA)

La journée-type, existe t-elle ?

LESLIE A.

Il y a des journées, l’inspiration ne vient pas du tout. J’ai besoin de ne rien faire, de souffler, de voir autre chose, de faire les boutiques, de ne pas être dans la création. Quand l’inspiration peine, il faut se reposer : c’est le seul remède, selon moi. Et il y a d’autres jours, où je me lève avec une envie, celle de créer des modèles, sans m’arrêter.

Il m’arrive d’être à l’origine de soixante-dix modèles, simplement parce que l’inspiration est là. Et je tiens à dire, que l’inspiration vient de tout ce qui a marqué ma mémoire, c’est une sorte de mélange ! Ce qui est certain, c’est que je n’ai ni besoin de photos, ni de tableaux. J’ai mes perles devant moi, et je suis lancée dans la création.

TOWNHOUSE (LÉA)

Quelle est la marque ou le créateur que vous avez tendance à encenser et à recommander ?

LESLIE A.

Une marque de bijoux que j’aime beaucoup qui s’appelle et s’épelle : DEZSOBYSB. Je suis assez conquise par leur façon de faire : ils fabriquent leurs propres moules, leurs coquillages. Ça n’a rien à voir avec ce que je fais, mais c’est très naturel.

TOWNHOUSE (LÉA)

Une citation, une expression, un mot qui vous incarne ?

LESLIE A.

Non, pas vraiment. Parce que quand je crée mes modèles, je ne parle pas. Je suis absorbée. Je suis préoccupée par une chose : ce que je produis. Rien d’autre ne peut attirer mon attention. Quand je bosse, je ne parle pas, j’écoute de la musique. C’est un peu un secret de fabrication !

TOWNHOUSE (LÉA)

Et si vous décriviez l’allure de votre espace de travail ?

LESLIE A.

C’est une sorte de bazar ! Je pars du principe que le bijou lui-même est en bazar donc finalement mon espace de travail est à l’image de ce que je fabrique. Concrètement, sur mon bureau, vous trouverez tout mon matériel pour travailler, toutes les couleurs possibles et inimaginables. Surtout pas de noir, ma couleur détestée. Je privilégie les matériaux dorées (trempés dans de l’or, 14 carats). Parfois, je varie, je mix&match.

TOWNHOUSE (LÉA)

Quelle pièce Timeless ne vous quitte pas d’un pas ?

LESLIE A.

Un bracelet, qui rappelle l’univers de l’enfant. Parce qu’il est composite. Sont accrochés au poignet aussi bien une tortue que des cœurs. Pour autant, cette pièce reste chic. Le chic vient peut-être du fermoir. Vous l’aurez compris, l’enfance et le chic s’assemblent très bien.

TOWNHOUSE (LÉA)

Quel avenir pour Timeless ? Vous préparez quelque chose ?

LESLIE A.

Timeless n’est pas une marque qui prête attention à la mode. Peu importe l’année de la collection, les bijoux sont toujours aussi actuels, toujours aussi ancrés dans la société. C’est indémodable “Timeless”. Donc les modèles vont et viennent, sans se conformer à l’exigence de nouveauté. Donc l’avenir, c’est le présent comme le passé.

Et si vous vous voulez tout savoir. Prochainement, Timeless lancera sa première collab’ avec la marque de sacs-à-main Mizel. Sur leurs sacs en crochet, j’y ai greffé des coquillages.

TOWNHOUSE (LÉA)

Auriez-vous un conseil à donner à toutes les créateurs en devenir ?

LESLIE A.

Dans la création, s’écouter est essentiel. Donc écoutez-vous. Et surtout ne copiez pas. J’ai horreur de la contrefaçon, de ce qui ne révèle pas un savoir-faire. Avec Timeless, le processus de création, d’invention est très personnel. Il me ressemble. La marque, c’est moi. Et je n’écoute que mon inspiration !